25 juil. 2012 9 petits nuages

Le Simple Diary Keel’s existe aussi sous iPhone/Androïd !


Je le voulais, on me l’a offert : le fameux journal intime tendance, le Simple Diary Keel’s. Avec sa jolie couleur jaune soleil et ses nombreux détails bien pensés, je l’adore. Et surprise, j’ai appris par la même occasion que ce fameux journal existait en version iPhone / Androïd.


Le Simple Diary Keel’s

Disponible à la FNAC, ce fameux journal intime fait un succès et pour cause : pratique et ludique, il est enrichi de nombreux détails. La couverture imite le format Moleskine, les pages sont dorés sur les bords. Dès qu’on l’ouvre, on tombe sur un mini-profil, selon la couleur choisie (type de personnalité, conseils…). Le tout écrit de manière très marrante.
Sur chaque page, il y a des questions, des citations, des espaces libres… et on les remplit comme on veut, à la suite ou dans le désordre. A la fin, on retrouve un récapitulatif avec des « top 5 » : ce que je suis, ce que je ne veux plus faire… Et même une petite pochette cartonnée pour ranger des documents. Mais ça ne s’arrête pas là !

Le fameux journal disponible en application mobile

Bien sûr, je l’ai installé directement, en version gratuite. On peut choisir parmi les couleurs différentes, cette fois-ci, j’ai pris le vert citron. Et j’ai eu aussi droit à mon mini-profil !

Ensuite, pour chaque jour, il y a quatre étapes :
- Une question « Aujourd’hui était un jour… » avec trois propositions de réponses et la possibilité d’expliquer sa réponse,
- Une question plus approfondie (mais cette partie buggue, je n’ai toujours compris comment sélectionner MA réponse)
- Une question plus superficielle (style « êtes-vous en paix avec vos cheveux ? »).
- Une citation

On peut télécharger la version complète pour 0,99 dollars… mais comme j’ai déjà la version papier, je trouve que ce serait un peu inutile pour moi. Mais si vous la téléchargez, n’hésitez-pas à me donner votre ressenti pour que je l’ajoute dans l’article !

Bien sûr, la version mobile n’a pas l’élégance du carnet papier mais elle est tout de même sympa pour tester le concept. Et puis, en version light, elle est gratuite et sinon 1 dollar, c’est pas grand-chose au final, je trouve ;o)

Et vous, avez-vous succombé à la folie « Keel’s Simple Diary » ?  

23 juil. 2012 3 petits nuages

Islande : les champs de lave hantés d'Eldhraun

Ahah, avoue que tu ne savais pas qu'il y avait des champs de lave hantés en Islande... et pourtant ! Nous les avons croisés en allant vers Jokulsarlon. Les champs de lave d'Eldhraun. L'éruption la plus meurtrière d'Islande.

Champs de lave - Islande



Les champs de lave d'Eldhraun sont nés de l'éruption du Lakagigar, un alignement de 135 cratères sur 25 kilomètres, dont le plus connu est le Laki. Durant des mois, en 1783, les cratères ont craché de la lave sans discontinuer, tuant la moitié du bétail islandais, et 20% de la population islandaise, morte de faim.

Aujourd'hui, le champ de lave s'étend sur 600 kilomètres. Des vagues et des vagues de lave figée, recouverte de mousse. On s'est arrêtés là, pour se promener. L'endroit est impressionnant, on marche avec précaution, nos pieds s'enfoncent dans la mousse et laissent des traces.



Et puis, je me suis avancée seule sur la route terreuse, pendant que mon ami prenait des photos. Et peu à peu, je n'ai pas aimé l'impression qui se dégageait de ces lieux. Peut-être parce que je pensais à tous ces gens morts, à cette catastrophe dont les vestiges sont si impressionnants, à ce peuple au pays pourtant considéré comme magnifique qui a tant payé le prix de cette beauté.



A vrai dire, j'étais soulagée d'en partir. Au retour, mon ami a voulu camper là (le fou). J'ai refusé, prétextant que ce ne serait pas pratique (ce qui était vrai), que je le sentais pas trop etc. La vérité, c'est que l'endroit me faisait juste un peu peur... et en regardant une carte des lieux hantés d'Islande, ah tiens, Eldhraun figure parmi-eux. Et ça se comprend franchement !

22 juil. 2012 5 petits nuages

Sur les routes de l'Islande

Commençons enfin notre périple vers l'Islande... et plus précisément sur les routes d'Islande, qui changent largement de nos routes européennes.





5 jours de route

Le moins que l'on puisse dire, c'est que nous avons beaucoup roulé durant ces 5 jours. Sûrement plus de 800 kilomètres. Chaque jour, nous roulions plusieurs heures.

Pour moi, non-conductrice, c'était au final agréable toute cette route. Ça faisait une pause entre les excursions pas toujours reposantes. Le conducteur faisait des siestes régulières de son côté quand nécessaire. Notre seul regret a été de ne pas avoir pris de CD ! Nous avions loué une voiture (plus de détails en fin d'article) avec lecteur CD mais du coup, nous avons juste profité de la radio. Et il faut dire que pendant un moment, nous n'en avons pas profité du tout car elle ne captait rien. On le saura pour la prochaine fois^^

Lorsqu'on roule en Islande, les paysages se suivent mais ne se ressemblent pas. Ce qui fait que j'ai passé mon temps à regarder le paysage plutôt qu'à dormir !

De Reykjavik (la capitale) au Cercle d'or (Gulfoss, Thingvellir, Geysir), les paysages sont montagneux, ils côtoient les étendues, c'est vraiment un décor dépaysant.

A partir de Gulfoss, pour retourner vers la route 1 et partir vers Vik, les routes sont ennuyeuses, avec des paysages qui ressemblent à la France.



Lorsqu'on approche de Hekla, le volcan le plus actif d'Islande, qui entre en éruption en moyenne tous les 10 ans (la dernière fois, c'était il y a 12 ans, on était pas à l'abri d'une nouvelle éruption), on admire. Avec son sommet escarpé, comme déchiré, il est impressionnant. Et le paysage redevient époustouflant.

Mais le meilleur moment, c'était à partir de Seljalandfoss jusque Jokulsarlon. D'abord, des cascades à foison. Puis un paysage blanc, et de nombreux glaciers.

Vous l'aurez compris, faire beaucoup de route en Islande, c'est aussi une partie du voyage, et pas un moment ou on en profite pour dormir.

L'état des routes en Islande

En Islande, il y a une route principale, la route Numéro 1, qui est (normalement) accessible toute l'année. Elle fait le tour de l'île. D'ailleurs, il suffit de deux points bloqués sur cette route pour paralyser toute la circulation dans le pays. En général, cette route est agréable, souvent elle file en ligne droite et elle est bien entretenue.




Puis, il y a les routes DXXX ou juste avec un numéro à deux chiffres. Celles-là peuvent être... particulières. Genre, faites en gravier. Genre, tu stresses de crever un pneu en plein milieu :) J'avoue que ce n'était pas mes routes préférées, comme je l'ai dit, j'avais peur qu'on crève.


Enfin, il y a les pistes FXXX. Elles, on ne les as pas faites car tu dois avoir obligatoirement un 4X4 pour ça, tellement elles sont parfois difficiles à parcourir avec des gués. D'ailleurs, on a croisé des 4X4... d'une taille phénoménale ! Et dans la capitale, il y en avait beaucoup, garés devant les maisons.

Louer une voiture en Islande

Pour louer notre voiture, nous avons été sur le site Location-de-voiture qui permet de comparer les prix (valable pour tous les pays). Franchement, par rapport à d'autres sites, tu as moyen de trouver des prix bien plus avantageux !




Nous avons payé 240 euros pour 6 jours de location et environ deux pleins d'essence (un peu plus de 100 euros). Nous sommes passés par « Sad Cars ». Oui, tu as bien lu, sad cars, comme voitures tristes en traduction. Ben nous, ça nous a bien fait rire. D'ailleurs, quand on a vu l'état de la voiture, on a rigolé encore plus en se disant : bordel, si on claque la porte trop fort, elle tombe en morceaux ? Mais en fait, elle a super bien tenu le coup, ouf.

En tout cas, pendant ce séjour, la voiture a été un des endroits dans lequel on a passé beaucoup de temps. A la fois moyen de transport, de stockage, lit de secours... toute cette route, on la savoure. On ne l'envisage pas comme une nécessité pour aller d'un point à un autre mais comme une partie du voyage. Alors, en route ?
20 juil. 2012 3 petits nuages

Underworld Nouvelle Ere... ou le film passé au Photoshop ?

Non, parce que dans ce film, TOUT EST LISSE. Pourtant, je suis bon public. Vraiment, très bon public. Les anciens, je les aies bien aimés, même la préquelle qui était un peu molle. Mais là... bon, commençons quand même par présenter le film, avant de vous dire ce que j'en ai pensé.



Le pitch : après la lutte entre loup-garous et vampires, leur extermination par les humains

Précédemment, nous avions découvert la lutte séculaire entre les lycans et les vampires et le combat de Sélène, la belle vampire, pour préserver son amour pour son bel hybride de loup-garou. Mais cette fois-ci, la donne est différente. Les humains découvrent l'existence des loups-garous et des vampires et décident de mener une lutte sanglante pour les anéantir. Dans un monde ou son espèce a été pourchassée jusqu'à la quasi-éradication, Sélène tente tant bien que mal de trouver la réponse à de nombreuses questions.

Un début bien amené

Au début, ça commence pas si mal. J'ai été assez frappée par les premières images du film, qui montrent un monde dans lequel tous les vampires sont exterminés, sauvagement assassinés qu'ils soient pacifiques ou pas. Référence aux exterminations nazis ? En tout cas, c'est prenant.

Nous retrouvons Sélène, qui doit rejoindre son chéri (dont je ne me rappelle plus le nom, mes excuses) pour fuir les exterminations. Comme toujours, elle est parfaite... et c'est bien là le problème, elle est trop parfaite. Tout est trop parfait.

Plus lisse que lisse ! 

De l'intrigue et ses "rebondissements" aux personnages, ce film, c'est du bit-movie passé sous Photoshop : enjolivé, lissé, c'est beau, mais c'est ennuyant. Ah, ça, les effets spéciaux sont au top, le film est esthétique, bien filmé, bref, pas un film dégueu'. Mais, en plus d'être assez prévisible, j'ai trouvé ça tellement... fade. Tout se passait tellement "trop" bien (je ne dis pas qu'il y a que des choses biens mais tout s'enchaine trop bien) qu'on ressent à peine quelques émotions.

Je vous l'ai dit, je suis bon public. Même les films à la con, je les kiffe et je suis capable de te trouver du sens aux plus grosses daubes qui existent. Mais là... non, désolée. Bon, je ne regrette pas d'avoir vu le film... mais je regrette toutes les réflexions que les réalisateurs n'ont pas développé : la haine des humains pour les vampires/loups-garous (aucune scène ou on voit vraiment un humain attaquer les créatures), l'extermination, Sélène et certains points de l'histoire... Il y avait matière à faire quelque chose de bien... mais non. Tant pis.

Et vous, l'avez-vous vu ? Aimé ? Détesté ?


8 juil. 2012 12 petits nuages

Mon carnet de voyage : mieux que le Travel Journal ?

Pour garder des souvenirs de mon voyage en Islande, j'ai pensé à m'acheter un carnet de voyage... mais lequel ? Étant donné que je ne suis pas très manuelle, il m'en fallait un "tout fait".

Le plus tendance : le Travel Journal


J'ai longuement hésité à l'acheter, le fameux Travel Journal. Ce carnet se présente sous forme d'une pochette cartonnée avec carnet et un étui permettant de conserver des documents. De plus, sur chaque page, un petit formulaire permet de remplir quelques informations : date, lieu, météo du jour...

S'il a fait tant succès, c'est sûrement parce qu'il est l'un des rares carnets de voyage "tout-fait" à la fois sympa et pratique. Le design est joli, le carnet pas mal, la pochette pratique... et je pense qu'il a du plaire à tous les apprenti-voyageurs qui ont envie d'apporter une dose d'originalité à leur voyage.

Je ne l'ai pas acheté... parce qu'il coûtait trop cher, tout simplement. Une grosse vingtaine d'euros. Et puis, de toute façon, il n'était plus disponible sur internet au moment ou je suis partie.

Celui que j'ai choisi : le carnet de voyage Sagarmatha en petit format

 

J'ai trouvé ce carnet dans une boutique Lilloise, mais vous pouvez l'acheter en ligne ici (en grand format). Il s'agit d'un carnet issu du commerce équitable, venu tout droit du Népal. Il a une couverture mi-rigide et il se ferme avec un cordon. Il m'a coûté environ 13 euros.

Son petit plus, c'est que ces pages sont dépliables : en fait on peut les découper pour en faire des pages grand format, des mini-pochettes ou garder le format original. Sympa ! 

Alors certes, il est moins "pratique" et "moderne" que le Travel Journal... mais en même temps, en Islande, je l'ai vu le fameux Travel Journal. Alors oui, il est joli et c'est clair que c'est un chouette carnet de voyage. Mais honnêtement, en dehors de son aspect très moderne (et au final très européanisé), il n'a rien d'extraordinaire. Donc je ne regrette pas d'avoir acheté mon carnet de voyage Sagarmatha, il me reste encore plein de pages libres et quelque part, ses pages atypiques lui donnent du charme.

Et vous, vous emportez un carnet de voyage avec vous lors de vos voyages ?
Pour les fans, chaque année, à Clermont-Ferrand en novembre 2012, la Biennale du Carnet de Voyage rassemble des voyageurs du monde entier venus présenter leurs carnets de voyage. C'est vraiment un chouette rendez-vous que je vous recommande ;) 



5 juil. 2012 12 petits nuages

C'est quoi le problème avec les goths' ?


J’ai hésité un certain temps à publier cet article… parce que c’est toujours le problème quand on parle de « les » quelque chose, on a peur d’être maladroite, mal comprise, pas super claire. Et parfois on l’est^^ Mais, en dehors de problèmes graves dont on parle beaucoup, il y a ce problème dont on entend trop peu parler, cette question que je me pose : c’est quoi le problème avec « les goths » ?



Non, le goth ne sacrifie pas des chatons les soirs de pleine lune

Il y a quelques temps, j’étais chez ma coiffeuse habituelle et je lui parle de ce couple goth que je vais accueillir chez moi. Je lui explique que je ne sais pas trop ou les emmener, parce qu’il n’y avait pas de bar goth/metal dans la ville ou j’étais. Elle me répond alors que « je sais pas, moi, les goths, ils me font peur, j’aime pas trop ». Et puis « quand même, ça peut être pas top d’aller avec eux dans certains endroits ». J’avoue que je n’ai pas compris.

Je n’ai pas compris pourquoi elle avait peur des goths, elle qui passe son temps au contact des gens, mais aussi au contact de personnes dites « de milieux défavorisés ». Elle qui devait donc être habituée à ce que certains de ses amis soient victimes de préjugés de type « les arabes tous des voleurs » et autres (que je ne partage pas, hein).

Parce qu’au final, des goths, j’en en ai connu pas mal. Et parmi eux, il n’y en a aucun que je qualifierais de « agressif ». Ou qui m’ait fait peur par son discours. Ou, mieux, qui soit sataniste (ou alors, on ne m’en a pas parlé et ma foi, chacun ses opinions hein). Et même, parmi tous les goths que j’ai pu croiser, je n’ai JAMAIS été agressée, insultée, ou malmenée d’une quelconque manière par un goth. Alors, je ne dis pas que tous les goths sont des gens biens… mais juste que le gothique n’est pas l’adorateur de Satan haineux pour lequel on veut le faire passer.

L’habit fait-il le gothique ?

Avant tout, que les puristes et gothiques ne s’insurgent pas si je fais une quelconque erreur, je ne suis pas une experte. Donc si je fais une erreur ou que vous avez un avis divergent, les commentaires sont faits pour vous ;)

C’est plus ou moins un fait connu, le gothique aime le noir et il en porte beaucoup. Souvent, il se distingue par des tenues sombres au style affirmé, éventuellement avec chaines, métal, cuir, latex. Pour le mec gothique, les cheveux longs sont souvent au RDV, pour la fille, peau pale, maquillage sombre (noir, violet, rouge…) et cheveux noirs (mais pas forcément). Voilà pour l’étude de la « tenue vestimentaire » type… mais il existe de nooombreuses déclinaisons dont on ne parlera pas ici. Simplement, la question suggérée par la tenue, c’est : est-ce que le gothique est dépressif/suicidaire ?

De ce que j’en sais, j’ai envie de dire « peut-être bien que oui, peut-être bien que non ». Certes, le mouvement gothique s’inspire du sombre, du macabre, de la provocation, et s’affranchit des codes de la moralité (détournement de symboles religieux par ex). Je pense qu’il a quand même une certaine sensibilité / un besoin de  se démarquer. Pour certains, c’est un style choisi pour se protéger, pour d’autres une façon de refuser de se conformer à un modèle ou de le rejeter parce qu’il ne leur correspond pas.

Alors forcément, il est logique que le mouvement puisse attirer des personnes qui ne se sentent pas bien dans leur peau, qui ont des tendances dépressives. Mais pour autant, le gothique n’a pas comme passion du samedi soir de se tailler les veines dans la baignoire… promis, il lui arrive même de rire et tout et tout. 



Alors voilà, j’écris cet article… tout simplement parce que ça me gonfle de faire face à des réactions de rejet quand on parle des gothiques. Je ne dis pas que tout le monde devrait kiffer les gothiques, ou approuver, mais simplement stop aux préjugés. Il n’y a pas à avoir PEUR des gothiques, ce ne sont que des gens comme vous, même s'ils se baladent tout le temps en noir avec des chaines ou autres trucs du genre. Ils ne mordent pas (ou alors dans l'intimité... pardon, je m'éloigne là), ils ne sont pas agressifs. Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer ;)



J'en profite pour vous inviter à visiter le blog de ma goth' préférée : Blood is The New Black 
4 petits nuages

Mes 5 conseils pour réussir un entretien

Depuis que j'ai 18/19 ans, je cumule les emplois, souvent plusieurs à la fois. J'ai donc passé pas mal d'entretiens... et je me suis dit que mes conseils (personnalisés) pourraient vous servir. Vu que j'ai été prise 3 fois sur 4 en général ;)


Conseil entretien numéro 1 : Bien lire l'annonce

Même si tu as l'impression que l'annonce est un copier-coller de ce qui existe sur internet (possible...), prends le temps de lire et de tout comprendre.

Exemple concret : J'ai postulé un jour pour un poste au service des stages de ma fac. Dans l'annonce, plusieurs logiciels que je ne connaissais pas étaient mentionnés. Bien sûr, je savais que j'apprendrais "sur le tas" si j'étais embauchée. Pourtant, je me suis renseignée sur tous les logiciels pour comprendre leur utilité et ça a beaucoup plu à l'employeur (et j'ai été prise na !).

Deuxième conseil : Se renseigner sur l'entreprise 

Je n'arrive pas à un entretien sans connaitre un minimum la société chez qui je postule. En général, j'essaye de trouver ce qui me plait chez l'entreprise, des actions qui m'intéressent. Même si je ne peux pas toujours utiliser ce que j'ai appris, parfois, je pense que ça contribue à montrer ma motivation et mon sérieux.

Et croyez-moi, ce n'est pas le cas de tout le monde ! Lorsque j'ai fait passer des entretiens aux personnes qui devaient me remplacer pour mon ancien travail, l'une d'entre elles ignoraient le thème de l'édition à venir... alors qu'elle était censée travailler dessus ! Pour moi, c'était la preuve d'un manque de sérieux et ça a joué dans notre décision.

Troisième conseil : Ne pas avoir peur de l'imprévu ou des maladresses 

Quand on postule pour un entretien, on a envie que tout soit parfait. On répète, on se prépare, on stresse... mais parfois, ça ne se passe pas comme prévu ! On est stressée, on bafouille, on oublie carrément une information importante en plein milieu... RELAX. Soufflez un coup et dédramatisez.

Dire un mot qui n'existe pas, bafouiller, ne pas savoir répondre à une question... ce n'est pas forcément grave si on arrive à retomber sur ses pattes. A prendre les choses avec humour. Bien sûr, dans certains cas, on voit que la personne en face n'est pas super réceptive et on se sent bien bête. Mais souvent, ça se passe très bien. 

Conseil numéro 4 : Être au top mais surtout à l'aise

Pour les cas ou il n'y a pas de règle vestimentaire à respecter, faites bien ET simple. Habillez-vous sobrement mais surtout soyez bien dans vos vêtements ! Rien de pire que de se sentir coincée dans une veste de tailleur et d'avoir super chaud alors que les mecs en face de vous sont en chemise décontractée (vécu inside). 


C'est à vous de voir ce que vous porterez, mais ne vous imposez pas un costard-cravate si le milieu ne l'exige pas et que vous vous sentez mal dedans.

Conseil 5 : N'oubliez pas que tout ne dépend pas de vous !

Malgré toute la préparation possible, il se peut que vous ne soyez pas pris(e). Pourtant, vous aviez bien réussi, vous aviez su répondre correctement, vous mettre en valeur... mais voilà, certaines choses ne dépendent pas de vous.

Le feeling, la correspondance avec "l'idéal" que l'employeur s'imagine, la concurrence... sont autant de facteurs que vous ne pouvez absolument pas contrôler.

Conseil final : préparez-vous... mais ayez confiance en vous, avant tout :)

Bien sûr, ces conseils sont basés sur ma propre expérience et je vous fais confiance pour faire le tri dans ce qui semble vous convenir (ou me dire si vous n'êtes pas d'accord. Sachez seulement qu'un entretien n'a pas toujours besoin de se passer totalement parfaitement. 

La plupart du temps, si vous avez un bon CV, que vous avez pris la peine de vous renseigner et de vous préparer un minimum, alors ce ne sont pas quelques hésitations qui vont tout gâcher ;) En tout cas, c'est ce que j'ai pu constater. 

Et vous, quels sont vos conseils pour réussir vos entretiens ? Des bisous ;) 
3 juil. 2012 4 petits nuages

La merveille glacée d'Islande : le Jökulsárlón

Et si on commençait notre périple en Islande par un endroit aussi glacial qu’unique : le Jökulsárlón, le plus grand lac glaciaire d’Islande. Et dire que j’ai presque hésité à y aller…


Le Jökulsárlón, en quelques infos

Le Jökulsárlón se situe à l’est de l’Islande, on y accède par la Route 1. Avec ses 260 mètres de fond, il est le plus profond lac du pays ! 

Dans ses eaux dérivent les blocs de glace qui se sont détachés du glacier Vatnajökull. Ils finiront leur route dans la mer ou sur la plage de sable noir à proximité.
Malgré son caractère touristique, il est bien moins fréquenté que d’autres lieux comme Le Cercle d’Or, tout simplement parce qu’il faut environ 5 heures de voiture pour s’y rendre depuis la capitale. Ceux qui restent en Islande pour quelques jours font souvent l’impasse.
A vrai dire, moi-même, je me suis demandée : est-ce que ça vaut le coup de faire tout ce chemin ? Après tout, ce n’est que quelques icebergs et je prépare tout mon itinéraire en fonction de ce seul point d’arrivée.
La réponse était : oh oui, bordel ! 

Bienvenue en terres glaciaires

Plus on s’approche de l’est et plus le ciel est nuageux. Au loin, on admire les langues de glace et les glaciers. Tout à coup, oh, voilà le Jökulsárlón ! On pourrait presque le rater.



Arrêt au parking, contemplation. C’est beau. Glacial. Les icebergs blancs et bleus se dressent. A l’embouchure du lac, un énorme iceberg affronte le courant. Visiblement, c’est aussi le point de repère des nombreux oiseaux ;)

On descend aux abords du lac et nous marchons pour nous rapprocher des nombreux icebergs au loin. On pourrait prendre le bateau pour ça… mais nous n’y pensons même pas. Payant, touristique, à quoi bon. La vue est vraiment belle. Eh oui, ce ne sont que quelques (dizaines et dizaines) d’icebergs. Des morceaux de glace qui s’amassent. Mais ils ont quelque chose d’imposant. Et dans ce paysage plein de grandeur, tous tes soucis te paraissent insignifiants.


La suite de mon voyage en Islande dans un prochain épisode... 

Nous n’avons pas marché jusqu’au bout mais je suis aussi allée sur la plage de sable noir. L’océan est bruyant, le courant fort, des blocs de glace se sont échoués ici et là. Peu de touristes se promènent, la plupart restent à proximité du chemin de retour.

Normalement, c’était le point de fin de notre voyage (eh oui, je commence par la fin^^) mais on a été jusque Höpn. Ciel dégagé, joli point de vue. Et ultra-lol : on s’est faits attaquer par des oiseaux ! En fait, on s’est approchés sans le savoir de leur zone de nidification… En guise d’avertissement, on a eu le droit à des piqués d’oiseaux à un mètre au-dessus de notre tête. Flippant. Mais on a bien ri. Après coup.

Franchement, j’ai adoré cet endroit. Et pour le coup, je trouve que les photos ne lui rendent pas justice. Certes, on rêve plus facilement devant les sources chaudes du Blue Lagoon ou les nombreuses cascades… mais ce n’est pas pour rien que l’endroit a servi de lieu de tournage à deux James Bond, parce qu’il est vraiment unique ;)

Si vous l'avez déjà visité, qu'en avez-vous pensé ? Vous avez envie de quoi pour les prochains articles : infos générales, photos géniales, focus sur quelques endroits, questions pratiques...

De magnifiques photos ici !
Photo d'entête, David Blaisonneau, sous licence by 2.0

 
;