6 mars 2012

[Boulot] Recruter des bénévoles : quelques règles de savoir-vivre

Si tu as déjà participé activement à un festival, à l'organisation d'un événement culturel ou festif, alors il est probable que tu aies déjà du faire appel à des bénévoles... ou que tu l'aies été toi-même ! Le bénévole, ce jeune plein d'espoir et de motivation qui travaille gratuitement mais qu'on oublie parfois de prendre en considération. Non, le bénévole n'est pas que de la marchandise gratuite, il faut aussi le courtiser, le chouchouter et le remercier de son investissement.



Ma meilleure expérience de bénévolat ?
Il s'agit de mon expérience avec l'association Lilloise Les Rencontres Audiovisuelles. J'ai été bénévole pour la Fête de l'Animation il y a quelques années et pour la Nuit de l'Animation, une nuit consacrée aux films d'animation, à voir ! Lors de ces événements, j'ai toujours été bien traitée par l'équipe qui organise son planning d'une main de maître. Pour la Nuit de l'Animation, on avait eu un repas le soir et le petit déjeuner le matin, avec possibilité de se ravitailler entre temps. Au niveau des pauses, le staff faisait en fonction du temps passé par chacun et des souhaits (= si tu restais pour toute la nuit alors tu avais plus de chances d'avoir ta pause pour voir le film d'1h30 qui t'intéresse que celui qui reste juste 3 h, normal). Je garde un bon souvenir de cette expérience parce que non seulement chacun pouvait s'investir à sa mesure mais en plus, l'équipe fait en sorte que le bénévolat se fasse dans les meilleures conditions possibles.



Dernièrement, j'ai vécu une expérience de bénévolat merdique qui m'a rappelé que les règles de bon sens n'étaient pas acquises par tous. Résultat : j'ai été déçue de l'organisation et la prochaine fois qu'elle aura besoin de bénévoles, elle pourra aller se gratter. Je me suis dit qu'il n'était donc pas inutile de rappeler ces règles essentielles à mon humble avis :

- Organisé, ton planning sera. Le bénévole n'est pas là en tant que bouche-trou, lorsqu'on recrute des bénévoles, on leur assigne un poste et une tranche-horaire à l'avance. Si on a peur qu'un bénévole nous lâche au dernier moment, recruter le plus de bénévoles possibles et leur dire qu'on a plus besoin d'eux le jour-même n'est pas la solution. On peut éventuellement prévoir quelques bénévoles "en plus" selon l'ampleur de l'événement.

- Avec amabilité, tu accueilleras les bénévoles. Okay, t'es à la bourre, t'as encore 10 trucs à régler avant l'heure d'ouverture qui est prévue...oh, maintenant ! Alors tu respires un bon coup, tu t'armes de ton plus beau sourire et tu prends tout de même le temps de souhaiter la bienvenue aux bénévoles et de les rediriger vers leurs "postes". N'oublies pas que, sans eux, ta soirée, soit tu l'oubliais, soit tu payais cher pour la finaliser. Ça mérite bien un accueil agréable, non ? En plus, le bénévole n'a pas à chercher ou il doit aller / ce qu'il doit faire, c'est à l'organisateur de lui indiquer ces informations. Si t'es pas sure d'avoir le temps, tu délègues mais ce n'est pas une étape facultative.

- Penser aux conditions d'accueil du bénévole, tu n'oublieras pas. Certes, ton organisation, elle paye à peine les factures et vous vous éclairez à la bougie... mais si le bénévole vient t'aider à organiser ta soirée, ton festival, autant éviter qu'il se sente au bagne, non ? Il t'aide sur une soirée qui a lieu de 21h à 3h du matin ? Un ticket boisson, c'est le minimum. Si, en plus, il y avait des goodies distribuées pour le public, si tu peux en mettre de coté pour lui, ça fera d'autant plus plaisir. Si c'est carrément un mini-stand de ravitaillement qui l'attend dans une salle dédiée (sans abuser, hein) alors là, tu as assuré ! Bien sur, toutes les organisations n'ont pas les moyens de sortir le buffet pour les bénévoles et ça, le bénévole peut le comprendre. Mieux vaut faire les choses avec ses moyens que pas du tout.

- Bonus : Profiter de l'événement, le bénévole pourra. Le piège, quand on est bénévole, c'est qu'on ne voit parfois rien de l'événement pour lequel on donne un coup de main. Je me rappelle encore ce week-end de bénévolat à Cervolix Clermont-Ferrand, je n'avais rien vu du festival et j'avais été un peu déçue, même si l'accueil avait été chouette (prise en charge du repas le midi, boissons, repas truffade le soir). Donc, si c'est possible, que tu as assez de monde, que les bénévoles concernés ne sont pas irremplaçables, c'est bien de penser à une pause suffisamment raisonnable qui laisse le temps au bénévole de profiter de l'événement.

Voilà, si tu fais partie d'une association culturelle (entre autres), il y a fort à parier que tu fais appel parfois à des bénévoles et j'espère que cet article te sera utile. Personnellement, j'aime faire du bénévolat de temps en temps pour des événements qui m'intéressent (je pense postuler de nouveau pour la Nuit de l'Anim' en fin d'année)... mais j'ai passé l'âge ou j'avais besoin de ce genre d'expériences pour enrichir mon CV. Par conséquent, les organisations qui prennent les bénévolats pour du bétail gratos, je me fais avoir une fois (parce que je ne pouvais pas savoir), je les envoie chier la deuxième fois (hop, ça c'est dit !). Après, je dois avouer que j'ai été souvent bénévole pour des événements culturels mais que je ne connais pas les conditions dans des organisations comme Les Restos du Coeur, par exemple. Si certaines d'entre vous veulent partager leurs expériences, elles sont les bienvenues.

2 petits nuages:

unicks a dit…

j'ai été bénévole dans un festival de musique mais je n'ai pas eu de soucis, on était au bar, notre équipe était complète et composée de "professionnels" des bars. les gars étaient aux pompes, les filles au service, c'était super :-) (par contre, au niveau des t-shirts ils étaient trop souvent à court de tailles pour les filles donc je me suis tapée des t-shirts trop grands les 2 années...).

Tara a dit…

Ahah le coup des t-shirts trop petits j'ai pas mal donné aussi -_-'

 
;