18 mars 2013

(Més)ententes professionnelles

Ou mes ententes professionnelles si vous préférez :) Ah ça, l'ambiance et l'entente entre collègues, c'est quelque chose qui peut te motiver ou au contraire te pourrir la vie. Et au travers de mes expériences, j'ai pu découvrir de nombreux aspects de l'entente entre collègues.

Dans mon premier stage, j'ai découvert la joie d'avoir une responsable qui se sent menacée par toi et des collègues qui te pourrissent à la première occasion... j'en suis encore traumatisée. Dans le second, j'ai pu me réjouir d'avoir des collègues avec 50 ans (ok, j'exagère) d'ancienneté et un caractère merdique... Une fois que j'avais compris comment ils fonctionnaient et après quelques coups tordus, je m'y suis plus ou moins faite. 


Une entente (presque) parfaite

Aujourd'hui, dans mon boulot, je découvre la joie d'avoir des collègues avec qui je m'entends bien. Des mecs avec qui je déconne, des filles avec qui je sors parfois. Bien sûr, ce ne sont  pas des amis, je ne leur confie pas tout, mais notre entente aide à passer sur ce travail parfois laborieux et des boss capricieux. Sauf avec un. 

Ce collègue, dès le début, ça passait moyen. Je ne comprenais pas son humour, je ne savais pas comment communiquer avec lui. Entre temps, j'ai appris mais lui ne déconne jamais uniquement avec moi, on se parle toujours parce que je m'adresse à lui ou dans une conversation avec d'autres. En somme, j'essaye de m'intéresser un minimum à sa personne (plaisanter, discuter avec lui) et il se contente de répondre de manière correcte, sans plus, mais ça me convient. Jusqu'à ce soir.

Ce soir, j'ai fait une plaisanterie un peu débile à une de mes collègues, incluant ce collègue-là dedans. Rien de méchant, le genre de débilités qu'on se dit à longueur de journées, ça ne me semble pas être le souci. Mais il a tiré une tronche, limite son visage s'est décomposé... genre, il m'aurait dit "Mais ferme ta gueule, t'es vraiment trop conne", ça aurait été la même chose. Après qu'il soit parti, en discutant avec une collègue, celle-ci a confirmé qu'elle avait remarqué la tête qu'il avait fait, mais aussi qu'on n'avait pas l'air de trop s'entendre. 

Son problème ? Moi. Pourquoi ? J'en sais rien.

Là, je suis rentrée et j'arrête pas de ressasser. Je ne sais pas ce qui me fout le plus les boules. De me rendre compte que d'autres ont remarqué son attitude et d'avoir l'impression que je passe pour une imbécile ? De m'être sentie humiliée et agressée alors que je me suis toujours efforcée d'être "gentille" ? De comprendre que le moindre effort de sympathie qu'il peut faire envers moi est probablement simulé ? 

J'ignore ce qui le gonfle tellement me concernant mais je sens que c'est un problème de "personne", pas de situation. Même si c'est le genre de mec à se montrer volontairement un peu "relou" et rabat-joie peu importe avec qui. Je tolérais sans souci qu'il me snobe un peu tant qu'il était correct, je ne vais pas le forcer à m'apprécier. Je tolère moins bien cette impression qu'il me prend pour une conne. Espérons que la nuit porte conseil et que je revienne en sachant faire de nouveau "comme si rien n'était" :)

Des bisous à toutes (vous avez vu, je reprends le blog peu à peu :) )

3 petits nuages:

The girl next door a dit…

Ah ces gens qui ne t'aiment pas juste parce qu'ils ont décidé qu'ils aimaient pas ta tête.... Tu me diras, je suis comme ça parfois mais avec les personnages de séries et de films, pas dans la vraie vie.

Tara a dit…

Lol ! Honnêtement, je suis incapable de dire si c'est une question de personnalité ou de "tête", mais je vais pas chercher à comprendre. Mais vu que je l'emmerde jamais (limite c'est sa pote qui lui dit qu'il fait chier le plus souvent, moi je dis rien, je le laisse faire sa life), je demande juste la même chose en retour. Fin ça ira sûrement mieux demain^^

Happy Hippie a dit…

Tu veux que j'y pète les rotules pour le faire rire?

 
;