13 mars 2013

Pourquoi j'appréhende les retrouvailles professionnelles

Lorsqu’on commence à évoluer dans les études et à enchainer les stages dans le même domaine, il n’est pas rare que l’on « doive » revoir ses anciens collègues de boulot… et c’est toujours quelque chose que j’appréhende.

Dessin : Pénélope Jolicoeur

Par exemple, la semaine prochaine, je vais aller à un salon qui se trouve juste à côté de mon dernier travail ou ça s’est bien passé. D’ailleurs, je continue de taffer avec eux en indépendant. Et pourtant, malgré le fait que ce fut un bon stage, que j’ai passé de bons moments, qu’il n’y a eu aucun conflit, je me demande quand même : je vais leur faire un coucou ou pas ?

Au même titre, quand je vais à un événement dans lequel je sais que je peux croiser d’anciens collègues, j’appréhende toujours, je flippe, limite je pourrais ne pas aller quelque part rien que pour ça. Même s’il s’agit de collègues avec qui ça se passait bien, c’est ça le pire.

Je ne sais pas comment expliquer ça, peut-être que ça a rapport au fait que j’ai toujours peur de ne plus m’y retrouver, de ne pas me sentir  vraiment intégré, comme avant.
J’ai déjà foutu en l’air de belles opportunités à cause de ça, comme ce repas auquel je ne suis pas allée après avoir bu un verre avec un ancien groupe de connaissances. J’avais tellement peur de ne pas me sentir à l’aise que j’avais prévu de passer rapidement… et finalement, je m’y suis sentie comme un poisson dans l’eau mais c’était trop tard pour changer mon programme, je m’étais enfuie comme une voleuse et j’avais regretté.

Je pense que je garde cette peur infantile de l’abandon et qu’elle me joue des tours à bien des occasions, quand je décide de n’inviter personne pour mon anniversaire tellement j’ai peur que personne ne vienne par exemple. Et dans la situation dont on parle, quand j’appréhende n’importe quelle retrouvaille avec d’anciens collègues par peur qu’il n’y ait plus la complicité, l’acceptation qu’il y a pu avoir, que je ne sois plus qu’une ancienne stagiaire à qui on dit bonjour vite fait mais dont on se fout.

Et bien sûr, savoir tout ça ne suffit pas à me rassurer et je suis encore en train de me demander « Bon je vais leur faire coucou ou pas à mes anciens collègues la semaine prochaine ? » en bon boulet que je suis !

2 petits nuages:

Happy Hippie a dit…

Preummmms (les spambots ca compte pas)

On est pareilles là dessus, donc que veux tu que je te dise? Je tente de me faire violence, mais quand je vais à mon ancien taf, je suis presque soulagée quand ma manager, celle qui s'appelle comme toi, est absente ;) (et pourtant elle me fait 20% je devrais être ravie)

EmmanuelleN a dit…

Bonjour Tara, je viens de découvrir ton blog au hasard (il était dans les blogs favoris d'un blog beauté) et j'adoore ! C'est le premier blog-journal que je découvre qui soit bien écrit et super intéressant. Chacune de tes petites anecdotes sont plein de charmes, à vrai dire j'ai presque l'impression de lire un roman. Bravo et merci à toi pou ton travail, tu me donnes même envie de m'y mettre, moi qui imaginait qu'un blog-journal ferait surement très "ado". Bises !

 
;